Ma bulle secrète n°1

Bonne nouvelle

Bonne nouvelle,
J’ai encore des larmes !
Bonne nouvelle
J’ai perdu mes illusions !
Bonne nouvelle,
La trahison n’a plus de son !

 

Les rêves que j’ai gardé
Je peux maintenant les exprimer
Et vous savez quoi
Je suis écoutée !

 

Garbo, Bergman, Schneider

Vos visages, vos univers

Je découpais vos photos

Dans ses journaux si beaux.

 

Exposés préparés dans ma petite chambrée,

Dossiers rangés dans cette armoire oubliée.

 

Pas le droit de poster.

Pas le droit de danser.

Pas le droit de danser.

Pas le droit d’aimer.

Juste le devoir de travailler.

 

Et mes envies à moi ?

Etaient-elles si peu importantes

Pour que l’on oublie ma vie .

 

Cabaret de vos jours,

Danseuses de vos nuits.

N’avez-vous plus de cœur

Vous messieurs, les séducteurs ?

 

Grandir, vieillir

Ça veut dire vivre

Quand d’autres crèvent la dalle

Avez-vous perdu votre âme ?

 

Dictature de l’apparence,

Perte de tous les sens

J’aime le ventre de ces femmes

Lisses, ondulants, pendants.

 

Respect et amour
Pour les déesses de mes nouveaux jours
Respect et amour
Pour les hommes
Qui leur feront la cour.

 

 

Ambassadrices d’un nouveau monde

Qui ont un esprit si vif

Qu’il est impossible de ne pas aller de l’avant

Je kiffe !

 

Je me laisse entrainer

Je me laisse guider

Je suis là pour les protéger

Car elles sont juste nées.

 

Frustrés du passé,

Restez-y !

Je suis lancée,

Car je sais me courber.

Juste pour exister.

 

Et c’est bien suffisant !

Car il y parait qu’il y a des élections !

Et bien moi, je suis pour la désertion !

Car personne dans le vent !

 

Je préfère être là où je suis.

Aider celui et celle qui en a besoin.

Et tant pis si jamais personne n’est amoureux de moi.

J’aurais vu d’autre s’aimer.

En toute simplicité,

Vous m’avez nourri de vos amours

Vous m’avez touché par vos bonjours.

 

Rousseau vivait dans sa bulle

Madame De Warrens était une femme libre.

Il imaginait leur vie.

Elle est morte sans lui.

 

Aujourd’hui, j’ai vu la pluie.

Aujourd’hui, j’ai de nouveaux amis.

Aujourd’hui, j’ai reçu des cadeaux

Une récompense à mes rêves endormis.

 

Oui, il est parfois difficile d’être aidé
Quand vous avez tant entrainé,
Quand on vous a repoussé,
Parce que vous aimiez toucher, sans aucune ambiguité.

 

Madiris Clet

Contact