Ma bulle secrète n°1

La bigoudène africaine

Sur la commode de la chambre de mes parents se trouve un tableau peint par ma mère. Il représente une vieille bretonne avec sa coiffe près de la cheminée. Elle fume la pipe. Peut-être en avez-vous déjà connu, vous aussi ?

Une nuit, j’ai senti les flammes m’envahir. Je les ai laissé venir. Je savais que ça allait arriver mais bien évidemment je ne savais pas ce que j’allais devoir affronter. Enveloppée dans une couverture, assise sur les escaliers d’une maison où je n’avais jamais vécu, j’ai longtemps cherché les signes de mon enfance. Pour moi, c’était le seul moment de ne pas me perdre. J’ai longtemps pleuré. Si vous saviez toutes les larmes que j’ai versé. Je suis certaine que vous avez déjà pleuré, non ? Lire la suite


 

Scaramouche

Il arriva vers moi et me dit « je l’ai vu le visage, celui que vous dessinez » ! Un inconnu venant de la plage du Moulin Blanc avec un ami. Ils étaient gitans, s’étaient installés entre Océanopolis et Le Bout du Monde. Ils m’invitèrent à manger du porc-épic ! Un rêve de rencontrer de vrais gitans. Je me voyais déjà danser autour du feu. Lire la suite


 

Le joueur

Lâcher ses émotions sur la toile pour découvrir encore un étrange personnage …en fait, ils ont l’air d’être plusieurs. Ils s’entremêlent. Ils s’aiment ? (ah, oui faut que je vous dise, je vais souvent vous parler d’amour, vous allez en être amplis, vous allez le sentir auprès de vous, en vous, chez vous).
Cette toile est SOLD et c’est à ce moment là que cette grande femme m’a dit « J’achète ». Et j’ai dis OK, top là cocotte !!!

 

Je n’en revenais pas.

Cette toile a un autre nom : l’auberge du cul tourné !!!
Ca vous rappelle quelque chose ?

 

Pourtant qu’est-ce que l’on dort mal chacun de son côté !!


Ah, oui c’est vrai la nouvelle mode des couples séparés c’est qu’ils ne veulent plus prendre le risque de vivre à nouveau une vie de famille recomposée, ils préfèrent les bons côtés d’une nouvelle relation sans le quotidien. Pourtant, selon moi et cela n’engage que moi c’est le quotidien qui nous construit. Je crois que parfois que tout ce que l’on nous raconte ou que l’on essaye de nous faire rentrer dans la tête c’est un peu n’importe quoi , non ?

 

Une famille recomposée, ça demande des efforts et ça y’en a qui n’aime pas tellement ça. En même temps, ils ont le droit. Je peux le comprendre car cela demande surement de tout réorganiser une nouvelle fois. Mais l’amour n’est-il pas plus fort que tout ? Ne me dites pas que ça aussi c’est des balivernes. Lire la suite


 

Le passage

Le passage par Madiris Clet

Sur un ponton du moulin blanc à Brest, par une matinée glaciale et lumineuse, walkman sur la tête, je me suis élancée sur cette planche flottante.
Puis un panneau « interdit aux visiteurs » ...Que cela ne tienne …., j’y suis allée sur ce petit rectangle au milieu de l’océan.
Le vent cinglait mon visage, mes jambes.
Et je me mis à danser avec le vent puis avec son amie la grêle.
Le froid, c’est bon pour la peau. Plus les moyens d’aller chez l’esthéticienne.
Alors j’ai laissé les grêlons qui devenaient de plus en plus gros s’éclater sur mon visage.
C’était si froid.
Je continuais à danser. Les petits bateaux des pêcheurs rentraient au port de plaisance. Les vagues faisaient des mouvements ondulants elles-aussi.
Mes vêtements devenaient lourds. Ils étaient amplis d’eau qui me tétanisaient la peau. Alors j’enlevais ceux que je pouvais et je continuais à danser.
Avec une musique entrainante et joyeuse tous les petits tracas du moment vous semblent plus légers.
A un moment, je levais les bras au ciel et qu’y vis-je ? Un arc en ciel.
J’étais dans ma toile : le passage. J’avais donc peins ce moment avant de le vivre.
Et je me mis à rire, à sourire. J’étais contente. Je savais que j’étais sur le bon chemin.
Le bon chemin ?
Celui qui vous fait revenir du pays des morts-vivants.
Comment ?
En vous faisant du bien gratuitement et librement avec les ressources naturelles.

 

Madiris Clet


 

Une question ? Une demande de prix ? Contactez-nous, n'hésitez pas.

Contact