Ma bulle secrète n°1

Si le paradis existe, j'irai en enfer

Si le paradis existe, j'irai en enfer par Madiris Clet

Egalité rime avec espérer.

Fraternité rime avec solidarité.
Liberté rime avec sérénité.

 

Les peuples anciens délocalisés,
avaient prédit ce qui va arriver.
Je ne suis que la réincarnation,
de toutes ces âmes en quête de solution
Ceux et celles qui savaient qu’un jour,
nous connaitrions la fin des mauvais jours.

 

Je reste persuadée que nous allons vers le meilleur.
Le pire est déjà là, chez vos sœurs.
Et vous ne comprenez pas.
Vous avez juste perdu le combat.
Car vous n’avez rien fait,
pour les élever vers la paix.
Vous vous êtes fait la guerre,
Pendant qu’elles labouraient vos terres.
Vous les avez laissés dans la misère,
Pour suivre les managers.

 

Plus personne ne m’entrainera vers les chemins du désespoir.
Car j’ai fait une prière ce soir,
Je leur ai interdit de revenir.
Pour vous aider à ne pas vous laisser mourir.

 

Je ne souhaite plus entendre votre voix.
J’espère juste que vous ne serrez plus leur proie.
Vous ne voulez pas de moi,
Alors je suis partie avec de la joie.
J’ai dansé et bu
Je m’étais tant retenue
Vous m’avez tous vu me mettre à nu.
Vous n’avez versé aucune larme de vertu
Vous n’êtes même pas venu
Vous êtes si obéissants.
Vous n’êtes pas bienveillants.
Vous êtes si inconscients.

 

Des éclairs dans les yeux,
Des ombres qui rasent le murs.
Des propos calomnieux,
Des ombres qui rasent les murs.
Des femmes belliqueuses,
Des hommes honteuses,
Des enfants qui vous soutiennent
Tout simplement parce qu’ils vous aiment.

 

J’ai parlé aux animaux.
J’ai parlé au vent salé.
J’ai invoqué les esprits qui se promenaient.
J’ai blagué avec toute la bande de peureux.
J’ai engueulé dieu et tous ses potes.
Encore, encore jusqu’à ce qu’ils m’accordent une quotte.

 

Car si le paradis existe,
J’irais en enfer.
Juste pour le plaisir de la visite.
Même là, je leur ferrais répéter le mot TERRE.

 

Je préfère les saisons.
J’aime la raison.
Et aussi les moutons
Qui sentent si bons.
Et leurs petites laines
Ils sont si trognons, ces villes aines !!

 

Madiris Clet

Contact